GRASSE

Dans l’Antiquité, les parfums étaient lies au sacre. On communiquait, par exemple, avec les dieux en brûlant des résines. Des plantes et des résines odorantes étaient données en offrande. Par la suite, les hommes enduisirent leur corps de pommades et de parfums afin de se rapprocher du divin. On prêtait également des vertus thérapeutiques a ces parfums qui étaient considérés comme aussi précieux que l’or ou l’argent.

parfum antique

Les Croises ramenèrent d’Orient matières premières et techniques de fabrication et introduisirent ainsi le parfum en Europe.
Les bonnes odeurs étaient censées désinfecter et protéger des épidémies, ce qui expliqua le succès immédiat de la parfumerie. Cependant les femmes ne tardèrent pas à en comprendre toute la sensualité et s’en servirent comme arme de séduction, ce que reprouva violemment l’Eglise.

Durant la Renaissance, de nouvelles senteurs arrivent des Indes et des Amériques. Des grands parfumeurs s’installent en Italie, en Espagne et peu après en France.
Les parfums sont alors violents pour masquer la puanteur qui règne dans les cours royales, en particulier a Versailles où les élémentaires règles d’hygiène sont absentes. En effet, les bains sont fortement déconseilles, accuses de propager des maladies.

Les parfums redeviendront plus légers lorsque l’hygiène prend une place plus importante. A la fin du XIXeme siècle, les premiers produits de synthèse font leur apparition et ouvrent l’ère de la parfumerie moderne.

Herbert Draper, Pot Pourri.

©Herbert Draper, Pot Pourri

Les parfums traversent ainsi les siècles, tour à tour ou simultanément mystiques, médicaux ou esthétiques.

Vers le milieu du XVIe siècle, Catherine de Médicis, qui aimait tant s’entourer de décors étranges et d’un luxe rare, se lassa des parfums exotiques qu’elle faisait venir d’Orient à grands frais.

(…)Ayant ouï dire que les bords de la Méditerranée provençale recélaient les fleurs les plus odorantes, elle manda l’un de ses savants, le Florentin Tombarelli, afin que par son art il transforme ces pétales sauvages en essences précieuses.(…)

Au 16ème siècle, Grasse fut célèbre pour ses tanneries qui se sont développées autour du petit Canal. Le tannage des peaux dans les ateliers de la ville, provoquaient une forte odeur très désagréable.

Cette production haut de gamme étant destinée à une clientèle fortunée, les tanneurs ont alors l’idée d’utiliser des essences naturelles tirées des fleurs de la région pour parfumer les cuirs. La campagne autour de la cité commence à se couvrir de champs de fleurs.

C’est Galimard, tanneur à Grasse qui a l’idée de créer des gants en cuir parfumé dans des « bains de senteur » (eau de rose, épices), selon la méthode orientale. Il en offre une paire à Catherine de Médicis qui est séduite par le cadeau.

Le roi lui-même reconnaît cette innovation et proclame alors une nouvelle corporation, celle des « gantiers parfumeurs ».

L’industrie du gant déclina peu à peu et les tanneurs de Grasse abandonnèrent complètement le gant au profit des parfums, et ce au milieu du XVIIIe siècle.

Florida WaterTC 1881

Florida WaterTC 1881

Le marché du parfum se développe et Grasse devient « La Capitale mondiale des Parfums »

Le développement de parfumeries (parfumerie Fragonard, Molinard, Galimard) profite de la clientèle américaine venant faire du tourisme sur la Riviera pour lui vendre des présents parfumés et des cadeaux traditionnels de Grasse (bijoux anciens, linge de maison brodé,boutis, confitures).

Les senteurs rares du pays de Grasse

(lavande, myrte, jasmin, rose, fleur d’oranger sauvage, mimosa) firent gagner à Grasse le titre de capitale mondiale du parfum. Le jasmin occupait il y a encore quelques décennies une main-d’œuvre importante : les fleurs devaient être cueillies à la main au lever du jour, au moment où leur parfum est le plus développé, pour être traitées immédiatement par enfleurage à froid.

Au début du XIXe siècle, environ « 600 » tonnes de fleurs étaient récoltées, vers 1940 « 5000 » tonnes, et au début du 21ème siècle, la production avoisinait « 30 000 » tonnes.

Grasse se spécialise dans la production de matières premières de parfumerie et adapte à cette activité les principes issus de la révolution industrielle.

De nouvelles machines et de nouvelles techniques d’extraction sont inventées, en particulier l’extraction par solvants volatils pour laquelle l’industriel grassois Léon Chiris acquiert les premiers brevets en 1894. Les années 1850 marquent également la conquête sans partage des marchés mondiaux et le développement des cultures aromatiques dans la région grassoise.

La parfumerie grassoise connaît alors un important développement qui concourt à une expansion de l’artisanat annexe : verriers, ferblantiers, bouchonniers, chaudronniers, imprimeurs, transporteurs..

petales de roses

 

Les procédés de Fabrication

La distillation 

La phase de distillation permet d’obtenir l’essence de la fleur. Cette étape est réalisée très rapidement après la cueillette pour que les fleurs soient encore fraîches. Selon la fragilité de la fleur qui est distillée, il existe différentes techniques : 

La distillation par vapeur d’eau

illus_distillation fragonard

Distillation Fragonard

 Technique la plus ancienne, cette méthode permet de récupérer les huiles essentielles mais aussi l’eau distillée pour les fleurs de rose et d’oranger. De grandes quantités de fleurs sont nécessaires pour obtenir une petite quantité d’essence (exemple : 600 kg de lavande pour récupérer 1 kg d’essence de lavande).


L’enfleurage à froid

 Cette méthode plus coûteuse est utilisée pour les fleurs fragiles comme le jasmin, la tubéreuse ou la jonquille.

enfleurage à froid fragonard

Enfleurage à froid Fragonard


L’expression à froid

 Il s’agit du procédé utilisé pour les fruits qui consiste à presser la peau du fruit pour en obtenir de l’huile essentielle. L’extraction Méthode consistant à faire infuser les matières végétales dans un mélange de solvant et d’eau.

illus_extraction_solvants_volatils fragonard

Extraction des solvants volatils Fragonard

Création de parfums de synthèse

La parfumerie tire aujourd’hui partie des progrès de la chimie. Les molécules de synthèse ne remplacent pas les matières premières naturelles, mais elles viennent compléter la gamme de fragrances à disposition du « nez ».

illus_headspace fragonard

Headspace Fragonard

L’odeur de synthèse est parfois même plus fidèle, comme celle de la rose qui est utilisée dans les plus grands parfums de ce monde. Pour certaines fleurs, ne poussant que quelques semaines par an, la synthèse permet d’obtenir un parfum stable et en grande quantité

grasse_fabrique_des_fleurs_1

Fragonard

La création du parfum 

Pour créer un nouveau parfum, on fait appel à des créateurs parfumeurs qu’on appelle les « nez ». Ils ont des facultés olfactives exceptionnelles et de bonnes connaissances en chimie. Un bon « nez » peut reconnaitre jusqu’à 3000 odeurs.

La maturation   

Il s’agit de laisser vieillir le parfum en le mélangeant avec de l’alcool et de l’eau distillée. C’est une étape importante pendant laquelle le mélange va se stabiliser et donner au parfum toute sa puissance

grasse_fabrique_des_fleurs_2

Fragonard

Le glaçage

 Cela consiste à faire refroidir le mélange pour le fixer.

Le filtrage

 Le parfum est filtré pour l’éclaircir et éliminer les dernières impuretés.

Le conditionnement

 Il s’agit de la mise en bouteille du parfum dans son flacon et de l’habiller (sertissage d’une bague, pompe, capot, étiquette).

grasse_musee_du_parfum_5

 Grasse Musée du Parfum

Les plantes à parfum

Jasmin, roses, tubéreuses…

Le microclimat grassois permet de faire pousser sur place des fleurs aux parfums délicats : rose, jasmin, jonquille, oeillet, tubéreuse, fleur d’oranger, violette…

Le jasmin est introduit d’Inde en Europe au XVIIe siècle. La culture du jasmin en plein champ est rendue possible grâce à l’irrigation des terres (1868 canal de la Siagne).

De grandes marques comme Chanel possèdent leurs propres plantations de roses et de jasmins à Grasse

Chaque matin une bonne cueilleuse ramasse 2 à 3 kilos de fleurs de jasmins. Pour obtenir 1 kilo il faut environ 8000 fleurs. Ce travail harassant de cueillette occupe une main d’oeuvre féminine saisonnière. Pendant plus d’un siècle et demi, la culture et le traitement industriel du jasmin jusqu’à l’obtention d’une essence absolue constituent le monopole du Pays grassois.

grasse_musee_du_parfum_1

Grasse Musée du Parfum

En 1903 une première bataille de fleurs est organisée à Grasse : des chars fleuris parcours la ville. Cette fête sera reprise à partir de 1970 : la fête du jasmin se déroule le premier weekend d’août. E

En mai, se tient maintenant depuis une trentaine d’année la traditionnelle Expo-Rose qui permet aux horticulteurs du monde entier de présenter leurs variétés.

Voir les CPA  de la cueillette des fleurs

Publicités

À propos de chantecler18

Curieuse de tout j’aime partager tout simplement ,plutôt “electron libre ” j’ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l’hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé ” Un chat est un chat “ un peu décalé J’aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l’architecture ,la poésie (des autres) l’actualité et ……les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver Pas de chichis ,pas de bla bla ,pas de jasette ...Pas de complication Rien que des petits bonheurs ☼ pour s'évader ensemble ♫ ♪ ♫

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s