La Légende du Dahu

*

*

Dahu © Philippe Semeria

*

Le dahu (parfois orthographié dahut) est un animal sauvage imaginaire vivant dans les zones montagneuses, environnement qui a influé sur son évolution physique au fil des générations.

L’existence du dahu est généralement évoquée en milieu rural et par plaisanterie auprès de personnes particulièrement naïves et de citadins peu au fait, par exemple, de la faune montagnarde (comme dans les Pyrénées ou les Alpes), ou simplement forestière, comme en Bourgogne. De fait, un peu partout en France et en Suisse, des récits variables, de tradition orale, fournissent une description de ce qui se rapporte à cet animal et au rituel « initiatique » de sa chasse, tel que transmis dans certaines communautés villageoises.

Cet animal aurait comme principale caractéristique le fait que deux de ses quatre pattes seraient plus courtes que les autres : la différence s’observerait non pas entre les pattes antérieures et les pattes postérieures (comme chez le kangourou), mais entre celles de gauche et celles de droite.

L’explication de cette différence de longueur tiendrait à ce que l’animal ne vivrait que sur des pentes.

Sa morphologie spéciale, résultat de l’évolution, faciliterait ses déplacements à flanc de colline ou de montagne mais l’obligerait cependant à se déplacer toujours dans la même direction et sur un même côté, sans pouvoir faire demi-tour.

La description imaginaire offre parfois des détails « logiques » sur les deux sous-espèces supposées de l’animal :

Le dahu possédant des pattes gauches plus courtes se rencontrerait sur le versant droit, tandis que le dahu dont les pattes seraient plus courtes du côté droit fréquenterait et brouterait le versant gauche.

La chasse au dahu

 

Si vous le chassez et vous le découvrez, il suffit de vous mettre derrière lui et de l’appeler : Dahu ! Dahu ! Le Dahu se retournera, perdra alors, à cause des ses pattes, l’équilibre… Et vous n’aurez plus qu’à le ramasser. Le seul qui peut l’appeler est traditionnellement la personne de l’équipe qui n’a encore jamais participé à une chasse au Dahu …

 .

.

Les traditions locales rapportent que cette chasse se pratique en battue, dans une forêt si possible épaisse et sombre, et même de nuit. Pour chasser le dahu, il faut un sac et des bâtons. En tapant régulièrement du bâton contre les arbres, les chasseurs effaroucheraient l’animal et parviendraient à lui faire perdre l’équilibre. C’est alors qu’interviendrait le « niais du village », posté en contrebas avec le sac ouvert, et investi de la mission très valorisante de capturer l’animal.

Le groupe de « rabatteurs », censé diriger l’animal vers le porteur du sac, s’éclipse en fait en abandonnant le naïf de service. Celui-ci, après s’être inquiété de ne plus entendre ses compagnons et s’être convaincu de l’inutilité de prolonger plus longtemps son attente solitaire, n’a plus qu’à rentrer seul en cherchant son chemin dans un environnement qu’il maîtrise mal.

*

.

Cet animal tout à fait exceptionnel reste une énigme pour les scientifiques, puisque ces derniers n’ont pu l’observer qu’avec difficulté.

Face à la rareté des apparitions du dahu, certains de ces scientifiques émettent l’hypothèse d’une timidité naturelle de l’animal, plutôt que celle de l’extinction de l’espèce.

.

*

Variantes

Cette légende serait racontée par les montagnards pour se jouer de la naïveté de leurs invités novices… Après un repas bien arrosé, ils proposent à leurs invités de chasser le Dahu. Les montagnards partent à la chasse: il suffit de surprendre le Dahu. Dans la précipitation, le Dahu se retourne, se déséquilibre et dévale la pente. Le « novice » attend paisiblement en bas et n’a qu’à le ramasser lorsqu’il tombe en bas du versant. Après avoir attendu trop longtemps à son goût, ce dernier se retrouve à rentrer seul, dans le noir, dans un environnement qu’il connaît très mal.

On recommande aussi de disposer du poivre sur de grosses pierres plates : quand le dahu, en broutant, viendrait à renifler le poivre, ceci le ferait éternuer et s’assommer lui-même contre la pierre.

*

Chasse au Dahu

*

Autres versions du Dahu dans le monde

Le dahu est également connu sous les noms de dairi dans le Jura, darou dans les Vosges, darhut en Bourgogne, tamarou dans l’Aubrac et l’Aveyron, tamarro en Catalogneet Andorre ou encore rülbi (prononcer ruèlbi) dans la partie germanophone du Valais.

Bavière ……le Wolpertinger

Ecosse …..le Haggis sauvage

 Amérique du Nord …..Le Jackalope

Suède …Le Skvader

Marsupilami

Espigoule …..le Phacomochère

et les Rhinogrades

*

*

 

 

 

Publicités

À propos de chantecler18

Curieuse de tout j’aime partager tout simplement ,plutôt “electron libre ” j’ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l’hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé ” Un chat est un chat “ un peu décalé J’aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l’architecture ,la poésie (des autres) l’actualité et ……les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver Pas de chichis ,pas de bla bla ,pas de jasette ...Pas de complication Rien que des petits bonheurs ☼ pour s'évader ensemble ♫ ♪ ♫

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s