.

Lu-Lung est une toute petite cité, située au pied d’une très haute montagne, dans la Chine lointaine.

La ville est tellement petite que tout le monde s’y connaît. Les maisons sont tellement proches les unes des autres, qu’en hiver, lorsqu’il gèle à pierre fendre, on a réellement l’impression qu’elles se protègent du froid les unes les autres.
Dans la ville de Lu-Lung vit depuis très très longtemps une pauvre veuve.

La femme a un fils. Un garçon superbe qu’elle a appelé Wang, le nom que portait déjà son grand-père. Dans la ville de Lu-Lung, personne n’est aussi fort ni aussi courageux que Wang. Sans rien en dire, toutes les femmes envient la pauvre veuve d’avoir un fils aussi fort et aussi courageux.
Wang et sa mère mènent une vie paisiblement heureuse si ce n’est la présence dans la maison d’à côté de l’usurier Yu. Ils sont constamment ennuyés par lui.

Le vieil homme est malade de jalousie devant la force et la jeunesse de Wang et il ne rate aucune occasion pour tourmenter le jeune homme et sa mère. Sans cesse, il leur fait des remarques désobligeantes. Bien sûr, c’est de la méchanceté gratuite mais au fil des jours, les remarques commencent à peser sur Wang et sa mère.

Un soir alors que Wang est assis dans le jardin devant la maisonnette, Yu demande à la veuve :- -« Comment se fait-il que ton fils vive toujours chez toi ? Il me semblait que les jeunes de son âge étaient mariés depuis bien longtemps. Sans doute, les jeunes filles de Lu-Lung ne sont pas assez bien pour lui et il attend une princesse… »
La veuve très digne le toise avant de lui répondre :

– « Après tout, pourquoi pas ? Ton idée n’est pas si bête en somme. Wang est le jeune homme le plus beau et le plus courageux de toute la région. Une princesse ferait certainement une bonne affaire en l’épousant!  »
L’usurier se met à rire et dit :
– « Dans ce cas, il risque d’attendre très longtemps. Dans la région, il n’y a pas de princesse! » mais fort en colère et dépité, il rentre chez lui en claquant la porte de son logis.
La veuve se demande bien pourquoi un vieil homme peut être encore aussi méchant.

S’il était plus gentil, il serait sans aucun doute plus heureux et tout le monde l’aimerait… Elle regarde son fils avec des yeux emplis de tendresse et lui dit :
– « C’est vrai dans le fond ! Je suis certaine qu’une princesse serait très heureuse avec toi!  »
Wang sourit :
– « Le voisin a raison : il n’y a pas de princesse dans la région. Et, puis, si j’en trouvais une, comment pourrions-nous l’accueillir dans cette petite maison? »
Wang se lève et prend gentiment sa maman par l’épaule.
-« Viens », dit-il, « Rentrons. Il est inutile de rêver. Jouons plutôt une part de dominos. »

Les années passent. Rien de bien important n’arrive dans la vie de Wang et de sa mère.

Le garçon devient de plus en plus beau et de plus en plus fort, mais ne parle toujours pas de se marier. Sa mère est hantée par les paroles du vieil usurier et ne peut que soupirer. Il lui semble parfois que son fils attend vraiment une princesse qui accepte de l’épouser…

Un jour, alors que Wang est en train d’étudier dans sa chambre, il entend un bruit inattendu. Il regarde vers la statuette de Bouddha qui trône dans la pièce et aussitôt, la porte s’ouvre et un délicieux, un enivrant, un subtil parfum de glycine envahit les lieux.

Dans l’embrasure de la porte, se tient une très jeune femme. Elle porte un kimono de couleur mauve de la même couleur que ses yeux et que les rubans qui nouent ses longs cheveux noirs.

© Roger Chung.

.

A son cou, brille un collier de perles éclatantes et, sur ses mains très blanches, scintillent des saphirs et des diamants. Wang n’en croit pas ses yeux. Il pense qu’il rêve. Il doit être tombé endormi alors qu’il étudiait. Son imagination surexcitée lui joue un tour…

La jeune femme s’avance vers lui et dit d’une voix cristalline :
– « Non, Wang, tu ne rêves pas. Je suis la princesse de la Forêt des Glycines et je suis venue jusqu’ici pour te dire que je veux t’épouser. »
Gêné, le jeune homme ne sait pas quoi répondre. Il sent les murs de sa chambre qui se rétrécissent. Lui devient minuscule face à tant de beauté. Il regarde désespérément son mobilier sans valeur. Il ne possède même pas le moindre cadeau à offrir à la princesse en signe de bienvenue…

La seule pièce de valeur qui lui appartient est le jeu de dominos en ivoire. C’est là sa seule richesse. Il le dépose aux pieds de la jolie visiteuse qui se met à battre des mains de joie en ouvrant la petite boîte laquée.

« Tu aimes donc jouer aux dominos ? », demande-t-elle toute à la fois ravie et surprise et tout aussitôt, elle dispose les pièces sur la petite table et invite Wang à venir s’asseoir auprès d’elle pour disputer une partie.
Le jeune homme, bon joueur, a bien du mal à se concentrer. Son regard est sans cesse attiré par sa trop belle partenaire!
-« J’ai gagné! « , s’exclame celle-ci peu après en arborant un très large sourire. « Je dois reconnaître que je n’ai jamais affronté un aussi redoutable adversaire. Lorsque nous serons mariés, nous nous mesurerons chaque jour aux dominos!  »
– « Donc… « , balbutie Wang avec beaucoup d’efforts, « donc, vous parliez sérieusement lorsque vous disiez que vous vouliez m’épouser?  »
La princesse acquiesce en souriant et Wang ajoute d’un air désespéré :
-« Mais où irons-nous habiter? Je n’ai pas d’argent pour acheter une maison!  »
La jeune femme claque des doigts et une servante entre et dépose aux pieds de Wang un coffret rempli de pièces en or.

– « Tu devras attendre la prochaine pleine lune pour construire notre maison », lui dit la princesse. « A ce moment, je reviendrai pour célébrer nos noces. Aujourd’hui, je ne puis m’attarder davantage.  »
Wang ne peut détacher ses yeux du coffret et des pièces. Il ne voit pas la princesse suivie de sa servante qui quitte la pièce.
Je dois avoir rêvé pense Wang en regardant autour de lui. Non, le coffret contenant les pièces d’or sont toujours devant lui et sa boîte de dominos a disparu.

– « Maman! », crie Wang « Je vais épouser une vraie princesse!  »
Le jeune homme raconte à sa mère ce qui lui est arrivé.
– « Mais tu as là un véritable trésor!  » dit la veuve en contemplant le coffret. « Jamais je n’ai vu autant d’argent de ma vie. Tu pourras construire une splendide maison. Mais surtout obéit à la princesse : il ne faut pas commencer la maison avant la prochaine pleine lune ! « 

Wang est jeune. Il ne sait pas attendre et malgré les bons conseils de sa mère, il se rend en ville dès le lendemain matin et y prend rendez-vous avec le charpentier et le maçon en vue de construire une très belle demeure pour lui-même et pour sa future épouse.
– « J’ai entendu raconter que ton fils va épouser une princesse », marmonne un soir l’usurier à la veuve. « Et où l’a-t-il donc trouvée?  »
Mais la veuve, pinçant les lèvres, ne répond pas.
– « Soit, si tu ne veux rien dire, garde-le pour toi », jette Yu, dévoré par la curiosité. « Je me disais bien qu’il y avait quelque chose de louche dans tout cela. C’est comme pour cet argent avec lequel il fait construire cette grande maison. J’ai du mal à croire qu’il l’a gagné honnêtement!  »
– « Crois tout ce que tu veux », répond la mère de Wang.
Et, sans plus regarder le vieil homme, elle rentre chez elle.

Le temps passa encore. La construction de la nouvelle maison progresse. Un jour, un jeune voyageur porteur des couleurs impériales arriva en ville.

© Lowlyn

.

– « Mon nom est Yang », dit-il après avoir été saluer Wang et sa mère.

« J’ai appris que tu es un excellent joueur de dominos et je serais heureux de pouvoir me mesurer avec toi. »
Wang accepte l’invitation avec plaisir et se rend plusieurs soirs consécutifs à l’auberge pour jouer aux dominos avec l’étranger.

Le cinquième soir, son nouvel ami l’accueille le visage triste :
– « Il me faut m’en aller », dit-il « Comme souvenir, je désire te donner ceci.  »
Et le jeune homme tend à Wang une boite en bois de cèdre qui contient une coupe en argent, quelques baguettes en ivoire et une précieuse figurine de jade.

Après le départ de Yang, Wang se sent désemparé. Sa maison est prête et il attend avec impatience l’arrivée de la princesse. Mais le seul nouveau venu dans la ville est un riche seigneur qui, avec sa suite, s’installe à l’auberge que Yang avait précédemment fréquentée.
Le lendemain matin, Wang est réveillé de bonne heure par des éclats de voix : le noble seigneur a été dévalisé de tout ce qu’il possédait.
– « J’ai vu le chef des voleurs », déclare une des voix.
– « C’est Yang, le commandant de la garde impériale », ajouta une autre.
– « Yang! Je le connais bien! « , renchérit le vieux Yu. « Je l’ai vu très souvent en compagnie de mon voisin Wang, celui qui est subitement devenu si riche. »
Peu après, le responsable de l’ordre surgit chez Wang pour y effectuer une perquisition. Et, lorsqu’il découvre le cadeau d’adieu de Yang, le malheureux est immédiatement emprisonné et accusé de complicité.
– « Il est impossible que Yang soit un voleur! « , assure Wang lorsque le juge l’interroge. « Il portait les couleurs de l’empereur. »
Le juge se trouve bien embêté et ordonne que Wang soit transféré dans la capitale pour y être jugé.
– « Mais vous, si vous l’avez accusé injustement », dit le juge à Yu, qui avait assisté à l’audience d’un air triomphant, « vous serez emprisonné à votre tour. « 

Le vieil usurier, soucieux de ne pas courir un tel risque, se hâte d’entrer en contact avec les quatre soldats chargés d’emmener Wang dans la capitale et, pour une poignée de pièces d’argent, ceux-ci lui promettent de tuer le jeune homme durant le trajet.
La route qui conduit à la capitale traverse les montagnes et les ravins escarpés. Le chemin est long et les gardes auront bien l’occasion de faire disparaître le prisonnier. Au moment où ils s’apprêtent à pousser Wang dans un précipice, un énorme tigre surgit. Effrayés par le félin, deux des hommes reculent et tombent dans le ravin, tandis que les autres, sans demander leur reste, prennent leurs jambes à leur cou et s’enfuient !
Wang est tombé lourdement sur le sol. Son front a heurté un rocher. Il reste là, étendu sans connaissance alors le tigre le saisit par la ceinture et l’emporte dans la forêt.

C’est un parfum de glycines en fleurs qui pénètre dans ses narines, qui réveille Wang. Il ouvre les yeux et se trouve dans l’herbe, face à un magnifique palais de porcelaine, couvert de mauves corolles odorantes.
A l’entrée du palais, se tient la jolie princesse. Mais son regard est dur. Wang veut aller vers elle, mais, d’un seul geste, elle lui fait comprendre de ne pas bouger et d’un ton sévère elle lui dit :
– « Wang, tu ne m’as pas écoutée. Je t’avais demandé d’attendre la prochaine lune avant de construire notre maison. Maintenant, le malheur a fondu sur toi.

Tu dois te rendre chez le juge, pour lui prouver ton innocence sinon tu ne pourras plus jamais trouver le repos.

Par la suite, tu retourneras ensuite à Lu-Lung afin consoler ta pauvre mère qui est malade de chagrin depuis le jour où les soldats t’ont emmené!  »
Le jeune homme est anéanti. C’est vrai, il aurait dû attendre la pleine lune… Mais il était tellement impatient de la revoir et voilà qu’il l’a retrouvée et qu’elle le renvoie !
– « Allons », dit-elle, « avant que tu ne partes, je vais te faire don d’un talisman. « 

© Ella

.

Elle prend une corde qu’elle noue avec soin à la taille de Wang. Et avec douceur, elle ajoute :
– « Les nœuds que j’ai fait dans cette corde sont magiques. En cas de besoin, il te suffit d’en défaire un et tu seras sauvé. Pars vite, maintenant!  »
Wang regarde tristement la princesse, désespéré de devoir la quitter. Dans un profond soupir, il s’en va vers la capitale.

Le sentier qu’il prend monte et descend sans cesse.

Plusieurs fois, il s’en faut de peu qu’il ne tombe en butant sur une pierre. Des branches lui fouettent le visage et, bientôt, il se met à pleuvoir.

Wang poursuit courageusement sa route. La pensée de la jolie princesse lui donne sans cesse de nouvelles forces. Il a déjà parcouru une bonne partie du chemin, lorsqu’il débouche sur un plateau aride et désolé.

La pluie ne tombe plus. Derrière les sombres nuages, il peut même apercevoir le soleil, dont les rayons éclairent sans l’égayer ce triste paysage. Seuls quelques arbres tordus rompent, çà et là, cette lugubre monotonie.
Soudain, un nuage de poussière masque l’horizon.

Portant la main au-dessus de ses yeux, Wang scrute le lointain. Très rapidement, le nuage se transforme en une armée de cavaliers armés jusqu’aux dents.

Leurs armes scintillent sous le soleil. Ils arrivent à toute vitesse dans sa direction… « Que va-t-il m’arriver, maintenant? « , pense Wang tristement. « N’ai-je pas encore subi assez de malheurs? Ces hommes ont sûrement l’intention de m’attaquer. Lorsqu’ils s’apercevront que je ne porte aucun objet de valeur, ils me tueront probablement par dépit!  »
Il n’a plus le temps de s’enfuir et puis, où se serait-il caché? Il n’y a rien que du roc et de la pierre.
Bientôt, les cavaliers sont devant lui. Le chef de la troupe s’approche à quelques mètres et Wang observe craintivement sa silhouette impressionnante, fièrement campée sur sa monture et soudain, il le reconnaît :
– « Yang! « , crie-t-il. « Yang, mon ami, est-ce vraiment toi? »

Il lui tend joyeusement la main pour le saluer. Un large sourire aux lèvres, Yang se pencha vers lui.
– « Tu acceptes donc encore de me parler, Wang? », demande-t-il, tout content. « Tu ne refuses pas de serrer la main à un voleur de mon espèce?  »
– « Je n’ai jamais pu croire à un pareil mensonge », répond Wang.
– « Alors, laisse-moi te conter comment tout cela est arrivé », dit Yang en serrant fermement la main du jeune homme en signe d’amitié.

« Pendant des années, j’ai vécu, à la cour, en tant que commandant de la garde impériale, au sein d’un monde de faste et d’apparat.

Mais aussi dans un monde méprisable, comme je l’ai découvert plus tard car la plupart des membres de la cour n’ont pas gagné leur fortune honnêtement.
Pendant qu’ils parlent, les deux amis se tiennent toujours la main afin de se témoigner leur confiance.

Puis, Yang descend de sa monture et tous les deux vont s’asseoir à l’écart. Yang poursuit :
– « La richesse dont jouissent ces riches seigneurs, ils l’ont volée aux pauvres gens. Car ils l’ont obtenue en imposant de très lourdes amendes pour de petits délits et en exigeant d’importants fermages.  »
Wang acquiesce.

Il connaît bien cette histoire… Depuis de longues années, la population vit opprimée à cause des cruelles mesures adoptées par les grands propriétaires terriens. De nombreux abus de cette espèce ont été commis dans les environs du Lu-Lung.

Certains paysans, incapables de payer le fermage, envoient même leurs enfants mendier en ville.
– « C’est pourquoi », poursuit Yang, après avoir fait signe à ses hommes de mettre pied à terre pour se reposer un instant, « j’ai décidé que tout cela devait changer.

J’ai résolu de quitter la cour et de devenir l’un de ces pauvres. Mais cela ne suffisait pas. J’ai alors réuni autour de moi un groupe d’hommes qui pensaient comme moi. Ensemble, nous avons commencé à voler les riches, répartissant ensuite notre butin entre de misérables paysans. C’est ainsi que je suis devenu un voleur.  »
– « Et donc, ce noble, à Lu-Lung… », commença Wang.

© Ella

.

Mais son ami l’interrompt aussitôt :
– « Voler ce noble faisait partie de mon projet. Il méritait bien une petite leçon! Car, dans la région d’où il venait, tous les paysans étaient complètement ruinés, tant les taxes qu’il leur imposait étaient élevées.

En plus, les terres qu’il leur avait données en fermage étaient totalement incultes. Et, comble de malheur, le peu qu’elles produisaient venait d’être anéanti par les fortes pluies du printemps sans que lui-même veuille tenir compte de cette situation.

Même lorsque les paysans lui demandaient un délai, il ne leur montrait aucune pitié!

Tu comprends maintenant, pourquoi je lui ai dérobé ses biens? « , demande Yang.
Wang acquiesce sans mot dire et son compagnon poursuivit :
– « La prochaine fois que j’irai à Lu-Lung, ce sera pour Yu, l’usurier. Il est temps qu’il soit puni pour exiger des intérêts abusifs des malheureux qui, désespérés, ont recours à lui ou bien lui demandent de pouvoir différer un remboursement…Mais, toi-même, raconte-moi ce qui t’a conduit dans cette région inhospitalière. »
En soupirant, Wang commence à expliquer son histoire :
– « Un serviteur du noble que tu as dépouillé t’a reconnu lorsque vous êtes entrés dans l’auberge, cette nuit-là. Et, l’usurier Yu, qui nous avait souvent vus ensemble, s’est servi de ce prétexte pour me causer une nouvelle fois des ennuis.

Il s’était longtemps demandé comment j’avais bien pu obtenir de l’argent pour construire une maison, puisque ma mère et moi-même sommes pauvres, et il a saisi cette chance de me nuire, m’accusant sournoisement de complicité pour ce vol.  »
Wang s’arrête quelques instants pour avaler une gorgée du vin de riz que lui tend Yang. Il a la gorge sèche d’avoir tant marché et parlé.

Puis, il enchaîne :
– « Le responsable de l’ordre ne croyait pas que j’avais quelque chose à voir dans cette sombre histoire, mais il s’est vu obligé d’effectuer une perquisition chez moi et il a découvert dans ma maison tes beaux cadeaux.

C’était la preuve de ma culpabilité et il m’a conduisit devant le juge. Evidemment, je lui ai raconté la vérité. Ce n’étaient que des présents et que je les avais acceptés sans faire la moindre objection, puisque je croyais que tu venais de la cour impériale.

N’osant pas trancher, le juge a décidé de m’envoyer dans la capitale pour y être traduit en justice. Cependant, craignant que la lumière ne soit faite sur toute cette affaire, le vieux Yu a soudoyé les soldats chargés de me conduire en ville.

Ces pauvres hommes, qui avaient bien besoin d’un peu d’argent supplémentaire, ont promis à l’usurier de se débarrasser de moi en cours de route. Seul le hasard a permis que je sois sauvé de la mort par un tigre, apparu au moment où ils voulaient me tuer.

Et ce tigre m’a conduit auprès de la princesse des glycines, qui m’a ordonné de me rendre en ville pour prouver mon innocence. Voilà tout !  » dit Wang.
Et il ajoute piteusement :
– « Je ne l’ai pas écoutée et, maintenant, elle est fâchée contre moi. Ah! J’aurais dû attendre la pleine lune avant de commencer à construire notre maison …  »
Yang a écouté attentivement le récit de son ami :
– « Si je comprends bien », dit-il, « tu es donc en route pour la capitale, où tu seras jugé par le juge suprême.  »
Wang boit encore une gorgée de la bouteille de vin de riz pour se donner du courage.
– « C’est bien cela », opine-t-il en se levant pour se remettre en route.
Il tend la main pour prendre congé de Yang, mais celui-ci secoue la tête.
– « Non, mon cher Wang », refuse-t-il paisiblement. « Je ne te laisserai pas partir comme cela. Un ami aussi fidèle que toi a droit à mon aide. Le voyage est encore long jusqu’à la ville et il est semé d’embûches!  »
Et c’est ainsi que Wang parcourt le reste du chemin sous la protection des hommes de son ami Yang, qui le suivent à quelque distance.

Peu après, il atteint sans encombre la capitale et va aussitôt se présenter au palais de justice.
– « Je suis Wang et je viens de Lu-Lung », déclare-t-il, une fois mis en présence du juge suprême. « Je suis venu jusqu’à vous pour prouver mon innocence.  »
– « Et où sont les soldats qui t’ont conduit ici? « , demanda le juge.
– « Deux d’entre eux ont pris la fuite à la vue d’un tigre », explique Wang. « Et les deux autres sont tombés dans un ravin. »

Comme le juge continue à le regarder d’un air interrogateur, Wang lui raconta toute son histoire.
– « Tu veux me dire que tu es venu sans escorte et de ton plein gré? « , s’exclame le juge, étonné, lorsque Wang termine son récit. « Mais tu aurais pu facilement t’échapper!  »
Wang sourit :
– « Je suis innocent », assura-t-il. « Mais il y a des gens qui affirment le contraire. Ils prétendent que je suis complice d’un vol. Et je n’ai nulle envie de passer pour un malhonnête. C’est pourquoi je suis venu jusqu’à vous. Je veux prouver ma bonne foi!  »
Tout en parlant ainsi, Wang joue machinalement avec la corde nouée à sa taille. Sans même s’en apercevoir, il défait un des nœuds.
Au même moment, le juge suprême déclara :
– « Même sans preuve, je suis convaincu de ton innocence, Wang. En effet, seul un homme à la conscience bien tranquille se présente de lui-même devant le juge sans y être contraint par la force.  »
Il va ensuite chercher un morceau de parchemin et écrit en termes choisis une déclaration attestant de l’innocence du prévenu.
– « Et voilà! Tout est en ordre, Wang », conclut-il en lui serrant la main. « A partir de cet instant, tu es un homme libre.  »
Soulagé, Wang quitte le tribunal.

A présent, il doit retourner à Lu-Lung pour rassurer sa mère qui l’attend à la maison. Et ensuite… Il ose à peine y penser, de peur que quelque chose tourne de nouveau mal. Mais il espère de tout son coeur qu’il pourra épouser la très jolie princesse des glycines!

Serrant dans sa main la déclaration du juge, Wang entame le pénible voyage de retour. Plus il approche de sa petite ville natale, plus il marche allègrement. Il lui semble que toute fatigue l’abandonne ! Déjà, il aperçoit les premières maisons de Lu-Lung. Au milieu de celles-ci, se trouve celle de sa mère. A cette pensée, il se met à courir à perdre haleine, tant il a hâte de rentrer chez lui!

– « Maman! « , crie-t-il en se précipitant dans l’humble demeure.  » Je suis là!  »
La pauvre veuve a beaucoup maigri depuis le départ de son cher fils.

Ses yeux sombres brillent fiévreusement dans sa figure pâle et ses mains tremblent. Mais, lorsqu’elle voit entrer Wang sain et sauf, un sourire rayonnant apparaît sur son visage aux traits fatigués et elle tend les bras pour accueillir son enfant bien-aimé.
Puis, les premières effusions passées la veuve lui pose mille et une questions, auxquelles Wang répond patiemment, jusqu’à ce que l’heure de se coucher arrive. La mère et le fils se souhaitent tendrement le bonsoir.

Mais, non loin de là, quelqu’un va, au contraire, passer une nuit fort agitée. C’est l’usurier Yu, brutalement tiré de son sommeil par une voix mystérieuse, qui lui dit :
– « Donne-moi les clés de ton coffre. Et pas un mot si tu tiens à la vie!  »
Tremblant de tous ses membres, le vieillard remet le trousseau à Yang – car c’est lui qui a pénétré chez l’usurier avec ses hommes -et, quelques instants plus tard, Yu regarde d’un air furieux son coffre- fort complètement vide…
Pendant ce temps, Wang dort paisiblement. Lorsqu’il se réveille, il aperçoit sa mère qui le contemple, un étrange sourire sur les lèvres.
– « Il y a de la visite pour toi », annonce-t-elle.
Au même moment, le jeune homme sent le parfum qu’il attendait tant, le doux parfum de glycine…
Peu de temps après, les noces de Wang et de sa jolie princesse sont célébrées dans l’allégresse.

Le temps passe.

De cette heureuse union, naissent rapidement deux charmants enfants, qui ont les yeux mauves comme ceux de leur mère. Wang ne est tellement heureux qu’il ne peut imaginer qu’un tel bonheur soit possible

Et par soir d’hiver, un triste soir d’hiver, le jeune homme, en revenant de son travail, voit sa femme qui l’attend sur le seuil de leur maison.

Elle a revêtu le kimono qu’elle portait lors de leur première rencontre et qu’elle n’avait plus jamais remis depuis.
Wang se doute une tragique certitude que quelque chose d’horrible, de grave, d’irréparable va se produire. Quelque chose d’inévitable qui va bouleverser sa vie…
– « Nul bonheur ne peut jamais durer éternellement », dit la princesse, sans lui laisser le temps de parler. « Ma vie sur la Terre est terminée. Je suis obligée de te quitter, mais je ne t’oublierai pas.  »
L’instant d’après, elle disparaît emportant avec elle les enfants.
– « Non! « , hurle Wang.
Mais aucun son ne sort de sa bouche.

Les larmes aux yeux, il regarde autour de lui. Et, soudain, par un miracle inexplicable et malgré le froid de l’hiver, partout, des glycines se mettent à fleurir.

Les lourdes grappes sont du même mauve que les yeux de sa femme et de ses enfants… Et lorsqu’il pénètre dans sa maison, il découvre avec bonheur que le plafond de la véranda, lui aussi, est paré d’un somptueux manteau odorant!
Wang malgré son immense chagrin sent que sa princesse tant aimée et ses chers enfants ne l’ont pas vraiment quitté, et que leur esprit et leur coeur demeurent à ses côtés.

Et, dans chaque corolle, il voit briller leur tendre regard mauve, qui le suit et veille sur lui. Et il en est un peu consolé!

.

.

La glycine

 

À mon balcon cette glycine

Tord ses bras fleuris dans le soir,

Avec le tendre désespoir

D’une princesse de Racine.

 

Elle en a la fière langueur

Et la mortelle nonchalance ;

Et lorsqu’un souffle la balance,

Et que le jour traîne en longueur,

 

Et tarde à partir, et recule

Le déchirement tant qu’il peut,

Elle exhale une âme d’adieu,

Bérénice du crépuscule !

 

Le livre glisse de mes mains.

Le petit drame se termine.

« Cruel ! » dit au jour la glycine.

Les cieux blessés ont des carmins.

 

.

Par la haute porte-fenêtre,

Mystérieusement, alors,

Une des branches du dehors,

Comme un geste vivant, pénètre.

 

Du frémissant encadrement

Ce bras jeune et souple s’échappe ;

Et je sens sur mon front la grappe

Qu’il laisse pendre tendrement !

 

Tout s’embaume. Et je remercie.

Et, pour lui dire mon amour,

Je donne à la fleur, tour à tour,

Le nom d’Esther et d’Aricie.

 

Et je compare, les yeux sur

Mon livre tombé sans secousse,

L’odeur plus forte d’être douce

Au vers plus ardent d’être pur !

 

Un divin poison m’assassine !

Et je doute, en le chérissant,

Si de ma glycine il descend

Ou s’il monte de mon Racine !

 

Edmond Rostand

 « Les Musardises »  (1911)

.

Publicités

À propos de chantecler18

Curieuse de tout j’aime partager tout simplement ,plutôt “electron libre ” j’ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l’hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé ” Un chat est un chat “ un peu décalé J’aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l’architecture ,la poésie (des autres) l’actualité et ……les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver Pas de chichis ,pas de bla bla ,pas de jasette ...Pas de complication Rien que des petits bonheurs ☼ pour s'évader ensemble ♫ ♪ ♫

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s