© Claude Monet « The Wisteria Bridge »

.

La Glycine

Ô beau pied de glycine
Qui rampe sur le toit!
Glycine en fleurs, tendre glycine – bleu pavois
Des grilles, des balcons, des murs trop neufs, des toits
Trop vieux – souple glycine!

Ce matin, sous le ciel frémissant comme toi,
C’est dans tes grappes et tes feuilles,
Tout le miracle bleu du printemps qui m’accueille!

En papillons, du bleu s’effeuille…
Du bleu… du bleu nuancé de lilas,
De violet si doux qu’on ne sait pas
Si l’on voit des touffes d’iris ou de lilas.

Par terre est un champ de pétales.
Jacinthes, violettes pâles?
Non, mais, en l’air, une guirlande qui s’étale,
Qui s’effrange, qui glisse en gouttes de satin…

Il pleut mauve. Il a plu cette nuit, ce matin.
La terre est mauve; l’herbe mauve. Le jardin
Est un jardin pareil à ceux que j’imagine
Autour d’un petit pont sur des lotus, en Chine.

 

© Monet, Claude « Wisteria » 1919-1920

.

Jardins d’Asie… Ombre au pied des collines,
Toits retroussés, bassins fleuris et murmurants…
C’est comme un frais bonheur inconnu qui me prend,
Un bonheur du matin, fait d’air si transparent,
De couleurs et d’odeurs si fines,
Qu’on y sent toute l’âme en fête des glycines!

Ô glycine, collier des gouttières chagrines,
Manteau léger du parc aux grands escaliers blancs
Et de la pierre des vieux bancs
Devant les chaumes en ruines;

– Treille aux raisins d’azur, festons d’argent,
Vitrail d’évêque où chaque palme dessine
Entre des pendentifs d’améthystes, en rangs;
Flocons d’encens, clairs sachets odorants,
Qui tombent sur mon front, sur ma poitrine,
Comme un présent de mai!
– Glycine,
Dont le nom grec veut dire : doux, douceur,
Vin sucré… dont le nom est comme une liqueur,
Comme un parfum dans la brise câline,
Dont le nom, doucement, glisse comme tes fleurs,
Je te salue au seuil du Bel Été, Glycine…

Sabine Sicaud, Poèmes d’enfant,

Poitiers, Cahiers de France, 1926

.

Sabine SICAUD  ( 1913 – 1928 )

Sabine Sicaud est née à Villeneuve sur Lot le  23 février 1913 dans la villa « Solitude », ce microcosme où l’enfant- poète passa les 15 années de sa vie.
D’une famille d’érudits, esprits ouverts et cultivés – son père (un intime de Jaurès) était avocat, puis Conseiller de préfecture à Montauban, sa mère était journaliste et écrivain –

Sabine baigne dans un monde artistique et culturel qui ne peut qu’éveiller encore ses dons d’enfant  précoce. Un instituteur érudit venaitt à la villa « Solitude » donner des cours particuliers aux enfants  Sicaud (Sabine a un frère, Claude, de deux ans plus âgé qu’elle).
Dès l’âge de 6 ans Sabine griffonne des poèmes et parle aux arbres, aux plantes aux animaux qui l’entourent et dont elle paraît connaître l’âme.

A moins de 12 ans, en 1924, elle reçoit la consécration du  » Jasmin d’Argent », concours présidé par Marcel Prévost; en 1925, celle des Jeux Floraux, présidés par Anna de Noailles et Jean Richepin…
Très douée en dessin , elle adorait le cinéma qui était une de ses grandes passions.
Hélas, la maladie vient brutalement, dans les derniers mois de 1927 briser le destin de Sabine.

Une blessure au pied qui s’envenime et qui va la plonger dans des souffrances atroces qui lui inspireront des poèmes si poignants, si déchirants qu’on n’en trouve pas de semblables dans notre littérature.

Les médecins ne pourront rien pour elle, et elle s’éteindra le 12 juillet 1928 dans la villa « Solitude » qu’elle n’a jamais voulu quitter pour aller se faire soigner ailleurs, où des soins éclairés auraient peut-être pu la sauver.

 

 

« Les premiers poèmes de Sabine (poèmes d’enfant) ont été publiés à Poitiers lorsque Sabine n’avait que 13 ans (avec une préface par Anna de Noailles).

Les poèmes posthumes ont été publiés par Stock, avec une introduction de François Millepierres.
Sabine a gagné de nombreux prix de poésie. Elle a reçu l’admiration d’Anna de Noailles, Jean Richepin, Marcel Prévost, etc.

C’est ce dernier qui a attesté publiquement de l’authenticité des poèmes de Sabine.

La glycine est une merveilleuse plante grimpante, à la floraison généreuse et délicieusement odorante.

Nom : Wisteria plante  ligneuse  et grimpante  de la famille des Fabaceae

 Ses espèces sont appelées des « glycines ».

Certaines d’entre elles cultivées comme plantes ornementales en raison de leurs grappes de fleurs printanières et de leurs épais feuillages. Selon les espèces et cultivars, les fleurs sont violettes, bleues ou blanches.

.

Les graines sont toxiques. L’espèce la plus connue est Wisteria sinensis, la glycine de Chine, largement naturalisée en Europe occidentale. Autre espèce fréquente : Wisteria floribunda, la glycine floribonde.

Wisteria

Le nom Wisteria provient du Dr Caspar Wistar , un anatomiste de l’université de    Pennsylvanie

Au début du XIXe siècle, certaines espèces du genre Glycine, ont été déplacées dans un nouveau genre : Wisteria  dont Wisteria floribunda   et Wisteria sinensis Cependant, on continua naturellement à parler de « Glycine », et les espèces ornementales deviennent des « glycines ».

Wisteria Floribunda « Violacea Plena »

.

Les glycines sont de croissance vigoureuse. Ainsi, un jeune sujet pourra voir sa croissance annuelle dépasser le mètre si les conditions sont optimales. De même, il est courant d’apercevoir des sujets âgés atteignant des volumes impressionnants. Un sujet issu de semis mettra, lui, une dizaine d’années avant de fleurir. La multiplication est plus facile à partir de boutures ou de marcottes d’exemplaires dont on connaît l’aptitude à fleurir.

.

Wisteria Sinensis

.

Wisteria sinensis, appelés Glycine. Les fleurs, bleues de 1,5 à 2 cm de diamètre, sont réunies en grappes pendantes de 15 à 35 cm de long. Elles sont agréablement parfumées et apparaissent en avril-mai avant les feuilles. Elles refleurissent en été, mais les grappes sont plus petites et beaucoup moins nombreuses. Les longues grappes retombent avec élégance, fontaines de fleurs papilionacées, blanches, bleues, bleu violacé, violettes ou vieux rose, parfois délicatement parfumées.

.

Au japon, à Ushijima dans le parc floral Ashikaga une glycine estimée à 1200 ans,

Un Grand Wisteria en fleurs Flower Park in Ashikaga, Tochigi, (Japon)

.


Publicités

À propos de chantecler18

Curieuse de tout j’aime partager tout simplement ,plutôt “electron libre ” j’ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l’hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé ” Un chat est un chat “ un peu décalé J’aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l’architecture ,la poésie (des autres) l’actualité et ……les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver Pas de chichis ,pas de bla bla ,pas de jasette ...Pas de complication Rien que des petits bonheurs ☼ pour s'évader ensemble ♫ ♪ ♫

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s