Marcel Mouloudji-1922/1994 a joué dans de nombreux films avant de se consacrer à la chanson.

En 1951, il a enregistré « Comme un petit coquelicot », qui a eu un succès immense.

Marcel Mouloudjii

est un chanteur, compositeur et acteur français né le 15 septembre 1922 à Paris et décédé le 14 juin 1994 à Paris.

Marcel Mouloudji fut un artiste complet: révélé par le théâtre, starifié par le cinéma et consacré par la chanson, il s’est également adonné à l’écriture et à la peinture. Sa carrière musicale a décollé grâce aux conseils avisés de son agent, le fameux Jacques Canetti.

Auteur engagé, Mouloudji a vu ses textes plusieurs fois pris pour cible par la censure. Il restera gravé dans le patrimoine culturel français.

Mouloudji n’a jamais bénéficié d’une notoriété à la hauteur de son talent, de ses talents.

Cet artiste libre et libertaire a pourtant exploré maintes facettes des Arts, le théâtre, la peinture, l’écriture et bien sûr, la chanson. Homme de conviction, Mouloudji reste à jamais un homme dont l’œuvre mêle sensibilité et générosité.

Source

http://www.rfimusique.com/artiste/chanson/mouloudji/biographie

« Comme un petit coquelicot »

Le myosotis, et puis la rose,
Ce sont des fleurs qui dis’nt quèqu’ chose !
Mais pour aimer les coqu’licots
Et n’aimer qu’ça… faut être idiot !
T’as p’t’êtr’ raison ! seul’ment voilà :
Quand j’t’aurai dit, tu comprendras !
La premièr’ fois que je l’ai vue,
Elle dormait, à moitié nue
Dans la lumière de l’été
Au beau milieu d’un champ de blé.
Et sous le corsag’ blanc,
Là où battait son cœur,
Le soleil, gentiment,
Faisait vivre une fleur :
Comme un p’tit coqu’licot, mon âme !
Comme un p’tit coqu’licot.

C’est très curieux comm’ tes yeux brillent
En te rapp’lant la jolie fille !
Ils brill’nt si fort qu’c’est un peu trop
Pour expliquer… les coqu’licots !
T’as p’t’êtr’ raison ! seul’ment voilà
Quand je l’ai prise dans mes bras,
Elle m’a donné son beau sourire,
Et puis après, sans rien nous dire,
Dans la lumière de l’été
On s’est aimé ! … on s’est aimé !
Et j’ai tant appuyé
Mes lèvres sur son cœur,
Qu’à la plac’ du baiser
Y avait comm’ une fleur :
Comme un p’tit coqu’licot, mon âme !
Comme un p’tit coqu’licot.

Ça n’est rien d’autr’ qu’un’aventure
Ta p’tit’ histoire, et je te jure
Qu’ell’ ne mérit’ pas un sanglot
Ni cett’ passion… des coqu’licots !
Attends la fin ! tu comprendras :
Un autr’ l’aimait qu’ell’ n’aimait pas !
Et le lend’main, quand j’lai revue,
Elle dormait, à moitié nue,
Dans la lumière de l’été
Au beau milieu du champ de blé.
Mais, sur le corsag’ blanc,
Juste à la plac’ du cœur,
Y avait trois goutt’s de sang
Qui faisaient comm’ un’ fleur :
Comm’ un p’tit coqu’licot, mon âme !
Un tout p’tit coqu’licot.

Paroles: Raymond Asso
Musique: Claude Valéry
1951

Publicités

À propos de chantecler18

Curieuse de tout j’aime partager tout simplement ,plutôt “electron libre ” j’ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l’hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé ” Un chat est un chat “ un peu décalé J’aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l’architecture ,la poésie (des autres) l’actualité et ……les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver Pas de chichis ,pas de bla bla ,pas de jasette ...Pas de complication Rien que des petits bonheurs ☼ pour s'évader ensemble ♫ ♪ ♫

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s