Ce poème fut pour Nelson Mandela un soutien et une source d’inspiration durant sa longue captivité. à « Robben Island » Condamné à la prison et aux travaux forcés à perpétuité pour son action pour l’égalité des droits civiques

Nelson Mandela Gazing Out Barred Window --- © David Turnley/CORBIS

 

Il symbolise la résistance, la résilience face à l’adversité.  Chacune de ses lignes montre ce qu’il y a de meilleur dans l’homme confronté à ce qu’il y a de pire dans l’accomplissement de sa destinée

« Invictus »

Dans les ténèbres qui m’enserrent
Noires comme un puits où l’on se noie
Je rends grâce aux dieux, quels qu’ils soient
Pour mon âme invincible et fière.

Dans de cruelles circonstances
Je n’ai ni gémi ni pleuré
Meurtri par cette existence
Je suis debout, bien que blessé.

En ce lieu de colère et de pleurs
Se profile l’ombre de la Mort
Je ne sais ce que me réserve le sort
Mais je suis, et je resterai sans peur.

Aussi étroit soit le chemin
Nombreux, les châtiments infâmes
Je suis le maître de mon destin
Je suis le capitaine de mon âme.

William Ernest Henley (1843-1903)


Histoire du poème

Le titre latin signifie « invaincu, dont on ne triomphe pas, invincible »et se fonde sur la propre expérience de l’auteur puisque ce poème fut écrit en 1875 sur son lit d’hôpital, suite à son amputation du pied. William Henley disait lui-même que ce poème était une démonstration de sa résistance à la douleur consécutive à son amputation.

Lorsque le texte est écrit, William Henley a vingt-cinq ans. Il survivra à son opération et vivra avec un seul pied jusqu’à l’âge de cinquante-trois ans. Ce poème est publié pour la première fois en 1888 dans un recueil d’Henley, au sein d’une série de quatre textes sur la vie et la mort. À l’origine, ce poème ne possédait pas de titre, celui-ci fut ajouté par Arthur Quiller-Couch en 1900.


Nelson Mandela, dont le vrai prénom est Rolihlahla, est né en 1918 dans la région de du Cap-Oriental. Il est le premier membre de sa famille à suivre une scolarité et se révèle brillant dans les études. Après avoir été exclu d’une université pour avoir combattu les lois en vigueur envers les étudiants noirs, il parvient tout de même à finir son droit à Johannesbourg et devient avocat.

Ses années sur les campus lui donnent le goût de la lutte politique.

Après s’être fait connaître comme l’un des principaux leaders des jeunesses du Congrès national africain (ANC)-membre de l’Internationale socialiste et parti de lutte contre la domination de la minorité blanche du pays- Nelson Mandela décide de se lancer dans la politique.

En 1955, il participe à l’écriture de la charte de la liberté qui lutte contre la ségrégation et l’apartheid, en place depuis 1948.

Il est arrêté pour trahison, puis relâché. En 1960, son parti est interdit. Las de l’action non violente, qui ne semble pas porter ses fruits, il fonde le réseau « Umkhonto we Sizwe », qui prône la lutte armée.

A une époque où la ségrégation raciale contre les noirs est institutionnalisée par le gouvernement, Mandela poursuit des études d’avocat et rejoint, en 1944, les rangs de l’ANC, l’African National Congress, afin de lutter pour l’établissement d’une république démocratique en Afrique du sud. Puis, devenu président d’une section de l’ANC pour la jeunesse, il mène une campagne contre les lois iniques organisant à travers le pays la résistance contre l’apartheid.

 

Mis en garde-à-vue, il dirige clandestinement une nouvelle campagne visant l’établissement d’une convention nationale. Mais accusé, notamment, d’avoir quitté le pays illégalement, Mandela assure, en vain, sa propre défense avant d’être condamné en 1964 à l’emprisonnement à perpétuité.

Quelques années plus tard, il engage de sa cellule des négociations entre l’ANC et le Gouvernement de F. de Klerk en place qui aboutiront à l’abolition officielle de l’apartheid et aux premières élections multiraciales.

Frederik de Klerk, dernier président blanc sud-africain, et Nelson Mandela, premier président noir d'Afrique du Sud

 

En 1991, Mandela est enfin libéré après 28 années de solitude durant lesquelles sa « faim de liberté pour son peuple est devenue faim de liberté pour tous, blancs et noirs ». Dès lors, il comprend que sa mission est la réconciliation et qu’il faut libérer aussi bien “l’opprimé” que “l’oppresseur” lui-même « enfermé derrière les barreaux des préjugés et de l’étroitesse d’esprit ». Car pour lui, s’il a pu « apprendre à haïr », il peut aussi « apprendre à aimer »…

Toute sa vie, Mandela a tenté de marcher sur les pas de Gandhi qui a inspiré de nombreux leaders de mouvements pour les droits de l’Homme, comme Martin Luther King par exemple.

Le 10 décembre 1993, Nelson Mandela reçoit le Prix Nobel de la Paix à Oslo en Norvège, avec Frederik De Klerk. Son combat pour la liberté et l’égalité lui ont donné une aura mondiale. Un an plus tard, se déroulent les premières élections multiraciales qui font de lui le nouveau Président de la République

« Nous ne sommes pas encore libres, déclare Nelson Mandela lors de sa prise de fonction présidentielle, nous avons seulement atteint la liberté d’être libres, le droit de ne pas être opprimés… car être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes, c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres ». Une grande leçon d’humilité  …

 

Plus que jamais, malgré le très lourd héritage de l’apartheid, Nelson Mandela s’investit dans la reconstruction démocratique, sociale, économique et politique du pays cherchant à combler les besoins urgents de la population noire et à apaiser les craintes des afrikaners

 

Première source d’inspiration sud-africaine de l’ancien président Nelson Mandela était le Mahatma Gandhi, le père de la nation en Inde. 

Le Mahatma Gandhi a lutté pour établir la vérité d’une manière non-violence
M. Nelson Mandela a passé plus de l’année 27 dans la prison de d’établir la puissance de la démocratie en Afrique du Sud.

La parole de Gandhi, sa morale et son éthique, furent non seulement initiatrice du combat de Mandela en Afrique du Sud mais inspiratrice du combat de Martin Luther King aux États-Unis.

 

Histoire  

En 1995, l’Afrique du Sud organise la Coupe du monde de rugby à XV. Nelson Mandela commence son premier mandat en tant que président du pays.

Contre l’opinion de ses partisans, il sent dans l’événement sportif la possibilité de créer un sentiment d’union nationale derrière l’équipe des Springboks, symbole durant plusieurs décennies des blancs d’Afrique du Sud, de leur domination et de l’apartheid (1948-1991). « One team, one country » (« une équipe, un pays »).

Mandela transmet au capitaine des Springboks un poème de William Ernest Henley, dont est tiré le titre du film, où il est dit notamment : I’m the master of my fate, I’m the Captain of my soul. (« Je suis le maître de mon destin, Je suis le capitaine de mon âme. »)

 

“Invictus”  le film de Clint Eastwood

En 1994, l’élection de Nelson Mandela consacre la fin de l’Apartheid, mais l’Afrique du Sud reste une nation profondément divisée sur le plan racial et économique. Pour unifier le pays et donner à chaque citoyen un motif de fierté, Mandela mise sur le sport, et fait cause commune avec le capitaine de la modeste équipe de rugby sud-africaine. Leur pari : se présenter au Championnat du Monde 1995…

. Le scénario, peaufiné par l’écrivain sud-africain Anthony Peckham, reconstitue avec fidélité l’histoire de cet événement extraordinaire, résultant de la vision humaniste d’un homme conjuguée avec la puissance fédératrice du sport.

Statue de Nelson Mandela dans le quartier de Sandton à Johannesburg inaugurée en 2004.

 


(source wikipedia et le net )

 

Publicités

À propos de chantecler18

Curieuse de tout j’aime partager tout simplement ,plutôt “electron libre ” j’ai des petites révoltes ,déteste le mensonge ,l’hypocrisie ,la méchanceté ,en résumé ” Un chat est un chat “ un peu décalé J’aime essentiellement ma liberté même si elle demande des sacrifices conséquents Adore les animaux ,la nature , mer et campagne la photographie ,la peinture ,l’architecture ,la poésie (des autres) l’actualité et ……les voyages ,parcourir la planète même dans le virtuel Dernière activité Rêver Pas de chichis ,pas de bla bla ,pas de jasette ...Pas de complication Rien que des petits bonheurs ☼ pour s'évader ensemble ♫ ♪ ♫

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s